Le jeûne de 'Ashourâ' est une pratique plus que douteuse, disent les Chi`iites

Publié le par Abu Mohamed

 
Bismil-Lâhir-Rahmânir-Rahîm
 
Voici-ce que pensent les Chi`iites sur le jeûne de 'Ashourâ'. Nous y repondront de suite apres...



Le jeûne de 'Ashourâ' est une pratique plus que douteuse

Par le Yahya Alaoui (Abduh)

Certains inquisiteurs du pseudo-islam se sont amusés à sortir des sources des fidèles des Gens de la Demeure prophétique, par qui nous vient la Paix, trois ou quatre hadiths recommandant de jeûner le jour de 'Ashourâ'. Pourtant, ces faux frères et vrais inquisiteurs ne possèdent, quelles que soient leurs illusions et prétentions, aucune des conditions d'un modjtahid et ils sont donc bien incapables de déterminer les hadiths qui sont abrogeants et ceux qui sont abrogés, ceux qui ont une portée universelle et ceux qui ont une portée restreinte à certaines conditions, etc.

En fait, ils sont exactement comme ces hypocrites qui citent le verset 4.43 ("O vous qui avez la foi, n'approchez pas de la Prière alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous sachiez ce que vous dites…") pour faire croire que le vin ne serait pas interdit par le Coran, mais qu'il est seulement interdit de prier en état d'ivresse et qu'il faut attendre d'être lucide pour faire sa Prière! Ils "oublient" bien entendu de dire que ce verset a ensuite été abrogé par un autre verset interdisant catégoriquement la consommation de boissons enivrantes…

Eh bien c'est exactement la même chose que font nos inquisiteurs pseudo-salafis, qui sortent des hadiths de livres auxquelles ils ne croient pas tout comme les mécréants français s'amusent à montrer que le hidjâb n'est prescrit "par le Coran" (!!) ou "par l'islam" (!!!), alors qu'ils ne croient ni à l'un ni à l'autre.

En fait, il y a de très fortes raisons de douter que le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, aurait recommandé de jeûner le 'Ashourâ' et il s'agit probablement d'une grossière falsification du pur islam de Mohammad, Dieu le bénisse lui et les siens, répandue par les Omeyyades pour re-paganiser l'islam.

a) Le jeûne de 'Ashourâ' est une pratique de la djâhiliyya abandonnée par le Prophète

Près d'une vingtaine de hadiths des Sahîh-s de Bokhârî et de Moslim disent explicitement que le jeûne de 'Ashourâ' est une pratique de la djâhiliyya (!!!)
. On peut y lire, par exemple, que "les Qorayshites jeûnaient le 'Ashourâ' dans la dhâhiliyya ou encore, d'après 'Aïsha, que "l'on jeûnait le 'Ashourâ' dans la djâhiliyya", etc. (Sahîh Bokhârî, bâb siyâm yaom 'Ashourâ' et Sahîh Moslim, bâb saom yaom 'Ashourâ').

Qui plus est, après l'islam et la prescription du mois de Ramadân ce jeûne ne fut pas du tout recommandé par le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, mais simplement laissé à la libre appréciation des gens: "On jeûnait le 'Ashourâ' dans la djâhiliyya, et lorsque vint l'islam, celui qui voulait le jeûnait et celui qui voulait le délaissait" ou encore: "lorsque le Ramadan fut prescrit, celui qui voulait jeûnait le jour de 'Ashourâ' et celui qui voulait ne jeûnait pas" (les deux d'après 'Aïsha, Sahîh Moslim, vol. 2 p.792, bâb saom yaom 'Ashourâ', hadith 1125/3 et 1125/4).

Bref, pour cette série de hadiths de Moslim, le jeûne de 'Ashourâ' est une pratique djâhilienne que le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, aurait finalement tolérée sans la recommander et sans la pratiquer lui-même (en tout cas après la prescription du mois de Ramadân). Un hadith de Moslim (p.793, hadith 1126/2) énonce cela de la bouche même du Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, qui aurait dit à propos du 'Ashourâ': "[i]C'était un jour que les gens de la djâhiliyya jeûnaient, donc celui d'entre vous qui aimerait le jeûner n'a qu'à le jeûner et celui à qui cela ne plaît pas qu'il le délaisse."



ذكر عند رسول الله صلى الله عليه وسلم يوم عاشوراء فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم كان يوما يصومه أهل الجاهلية فمن أحب منكم أن يصومه فليصمه ومن كره فليدعه


Et ces hadiths précisent bien que le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, était de ceux qui abandonnèrent ce jeûne (taraka 'Ashourâ', p.792, hadith 1125/2; tarakaho, p.794, 1127/1, 1127/2, etc.).

b) L'histoire bidon du 'Ashourâ' juif

Mais voilà que les choses se compliquent, car un autre groupe de hadiths de Moslim ne rapportent plus du tout l'origine du jeûne de 'Ashourâ' aux pratiques des arabes païens, mais à celles des juifs de Médine (!!), voire de Khaybar (!!!) (Sahîh Moslim, bâb saom yaom 'Ashourâ' , vol. 2 p.795-797). Selon cette série de hadiths, lorsque le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, arriva à Médine lors de son hégire, il trouva les juifs de la ville en train de jeûner le 'Ashourâ'. Interrogés sur la raison de leur jeûne, ils lui dirent que c'était le jour où Dieu avait sauvé Moïse et les Enfants d'Israël et noyé Pharaon, et qu'ils jeûnaient donc pour remercier Dieu de cela, comme le fit Moïse. Le Prophète aurait alors déclaré que "nous sommes plus proche de Moïse que vous" et ordonné de jeûner ce jour.

Ce groupe de hadith vient donc poser de multiples problèmes:

1. D'abord, il est clairement en contradiction avec le premier groupe et les auteurs sunnites qui se rendent bien compte que "çà cloche" mais voudraient bien tout de même arriver à sauver les apparences font d'assez amusantes acrobaties pour arranger la sauce, sans être le moins du monde convaincant. D'ailleurs, quoi qu'il en soit, et à supposer que l'on veuille bien se laisser convaincre, qu'y gagnera-t-on? Qu'en définitive, la pratique du jeûne de 'Ashourâ' apparaît comme une sorte de bâtard né d'un croisement entre paganisme et judaïsme (!!!)

2. Le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, est arrivé à Médine au mois de Rabî' Awwal (la date fait apparemment unanimité chez tous les historiens) et pas du tout au mois de Moharram. Il ne pouvait donc pas "trouver les juifs en train de jeûner le 'Ashourâ'" (fa-wadjada l-yahouda siyâman yaoma 'Ashourâ') (Moslim, v.2 p.796, had. 1130). Il est d'ailleurs amusant de voir que le hadith 1130 nous dit que c'est en raison du jeûne des juifs de Médine que le Prophète ordonna de jeûner le 'Ashourâ', tandis que le hadith 1131 affirme que c'est en raison du jeûne des juifs de Khaybar. On voit qu'on nage en pleine pagaille.

3. Certains savants ont cru se tirer d'affaire en disant que ce n'était pas au moment même de son arrivée à Médine que le Prophète trouva les juifs jeûnant le 'Ashourâ', mais que c'était "après être arrivé à Médine". Comme le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens, est arrivé au mois de Rabî', cela veut dire qu'il attendit presque 1an (10 mois exactement) avant de les voir jeûner. Mais alors pourquoi tous ces hadiths s'expriment-ils de manière tout à fait incorrecte en disant que c'était "lors de son arrivée à Médine"?

4. Les juifs jeûnent effectivement le dixième jour de l'année qui est le Yom Kippour, mais ce jour de jeûne n'est pas en commémoration de la sortie d'Egypte, car cette commémoration est la Pâque juive (Pesah), et non pas le Kippour. Il y a donc une grave confusion dans tous ces hadiths entre deux commémorations juives qui n'ont absolument rien à voir et sont situées à environ 6 mois l'une de l'autre.

5. Une simple comparaison des calendriers suffit pour constater que, aussi bien l'année de l'arrivée du Prophète à Médine que l'année d'après (ne soyons pas trop exigeants), le jour de 'Ashourâ' (10 Moharram, correspondant aux 11 et au 12 Av) ne correspondait ni au Yom Kippour (le 10 Tishrin, soit 2 mois après) ni à la Pâque (le 15 Nissan, soit 4 mois avant). Du coup, ce n'est plus de pagaille qu'il faut parler dans ces hadiths, mais de véritable patinage dans la choucroute!!!

6. Par contre, la même comparaison élémentaire suffit pour constater que l'année de l'arrivée du Prophète à Médine, le Yom Kippour (10 Tishrin) correspondait au lundi 9 Rabî' Awwal. Or, on a vu que les historiens sont unanimes à considérer que le Prophète est arrivé à Médine en Rabî' Awwal, la date la plus souvent donnée étant le lundi 12 Rabî Awwal. En admettant d'une part que les correspondances de calendriers ne sont pas forcément précises à 100%, et d'autre part qu'une certaine "tradition" a pu se complaire à modifier de quelques jours les dates afin de tomber sur la même date du lundi 12 Rabî Awwal aussi bien pour la naissance du Prophète que pour son arrivée à Médine et même pour son décès, on peut penser que le Prophète a fort bien pu arriver à Médine le jour correspondant au Yom Kippour et donc trouver les juifs en train de jeûner ce jour. Seulement: a) ils ne pouvaient pas justifier ce jeûne par la sortie d'Egypte, qui est commémorée par la Pâque; b) et surtout, il n'y a donc rien à voir entre ce jour et ce jeûne et le jour et le jeûne de 'Ashourâ'.

7. Conclusion: le scénario probable de ce qui s'est passé est donc que ceux qui voulaient rediffuser la pratique païenne du jeûne de 'Ashourâ' ont fait en sorte de le "monothéïser" en mettant profit un récit authentique rapportant que le Prophète arriva à Médine alors que les juifs y jeûnaient le Kippour en y rajoutant trompeusement: 1) premièrement, que ce jour était le 'Ashourâ' et 2) deuxièmement que ce jeûne avait pour justification de rendre grâce à Dieu pour avoir sauvé Moïse et les Enfants d'Israël, deux incohérences grossières qui ne résistent pas à un examen sérieux, mais qui s'est montré efficace pour tromper ceux qui n'y regardent pas de trop près.

Ainsi donc, nos petits inquisiteurs qui reprochent aux "shiites duodécimains" de commémorer 'Ashourâ' par des pratiques qu'ils qualifient gratuitement de djâhiliennes (alors que ces pratiques n'avaient pas la moindre existence dans la djâhiliyya) sont eux-mêmes les propagandistes d'une pratique explicitement djâhilienne et délaissée par le Prophète, Dieu le bénisse lui et les siens !!! Un belle contradiction de plus qui, bien entendu, ne gêne pas le moins du monde ces adversaires acharné de l'intelligence et de la logique qui n'ont pas peur de professer que Dieu aurait des "habitudes" ('âdat Allâh) (!!!)

Que faire alors avec ce jeûne? L'Imam Sâdiq, que la Paix soit avec lui, résume clairement le choix:

Quelqu'un interrogea l'Imam Sâdiq, que la Paix soit avec lui, sur le jeûne de 'Ashourâ' et il répondit:

"C'est-là le jour où fut tué Hossayn, alors si tu t'en réjouis, jeûne. En vérité, la famille omeyyade, Dieu les maudisse, et les gens de Syrie qui les ont aidés à tuer Hossayn avaient fait vœu, si Hossayn était tué, si ceux qui s'étaient dressés contre lui revenaient sains et saufs et si le califat revenait à la famille d'Abou Sofyân, de faire de ce jour un jour de fête qu'ils jeûneraient en action de grâce et dans lequel ils réjouiraient leurs enfants. C'est ainsi devenu une sonna dans la famille d'Abou Sofyân et chez les gens jusqu'à ce jour. Tout le monde les a suivi, et c'est pour cela qu'ils le jeûnent et qu'ils réjouissent leurs familles et leurs parents en ce jour."

Il ajouta ensuite:

"On ne jeûne pas lorsqu'on est touché par le malheur, mais en action de grâce lorsqu'on en est préservé. Or, Hossayn a été touché par le malheur. Si donc tu es de ceux qui sont touchés par ce malheur, ne jeûne pas. Et si tu quelqu'un qui se réjouit parmi ceux qui considèrent comme une bénédiction le fait que les omeyyades soient à l'abri du malheur, alors jeûne en action de grâce pour Dieu le Très-Haut."
 
 
REFUTATION
 
 
Je commence ici par réfuter les propos attribués faussement à l'Imam Jâfar Bnu Muhammed es-Sâdiq qu'Allah l'agrée. Je posterai inchallah après la position des imams des Ahlu-l bayt que les imamites prétendent suivre sur le jeûne d'Achoura et je réfuterai inchallah à la fin ce texte de propagande Chi`iite Imamite qui s'attaque à la Sunnah de notre Prophète Muhammad Salla ellâhu 'aleyhi wa sallam.


La citation mensongère faussement attribuée à l'Imam Jâfar b. Muhammad es-Sâdiq contre le jeûne d'Achoura:

Citation:
Posté par Abduh
Que faire alors avec ce jeûne? L'Imam Sâdiq, que la Paix soit avec lui, résume clairement le choix:

Quelqu'un interrogea l'Imam Sâdiq, que la Paix soit avec lui, sur le jeûne de 'Ashourâ' et il répondit:

"C'est-là le jour où fut tué Hossayn, alors si tu t'en réjouis, jeûne. En vérité, la famille omeyyade, Dieu les maudisse, et les gens de Syrie qui les ont aidés à tuer Hossayn avaient fait vœu, si Hossayn était tué, si ceux qui s'étaient dressés contre lui revenaient sains et saufs et si le califat revenait à la famille d'Abou Sofyân, de faire de ce jour un jour de fête qu'ils jeûneraient en action de grâce et dans lequel ils réjouiraient leurs enfants. C'est ainsi devenu une sonna dans la famille d'Abou Sofyân et chez les gens jusqu'à ce jour. Tout le monde les a suivi, et c'est pour cela qu'ils le jeûnent et qu'ils réjouissent leurs familles et leurs parents en ce jour."

Il ajouta ensuite:

"On ne jeûne pas lorsqu'on est touché par le malheur, mais en action de grâce lorsqu'on en est préservé. Or, Hossayn a été touché par le malheur. Si donc tu es de ceux qui sont touchés par ce malheur, ne jeûne pas. Et si tu quelqu'un qui se réjouit parmi ceux qui considèrent comme une bénédiction le fait que les omeyyades soient à l'abri du malheur, alors jeûne en action de grâce pour Dieu le Très-Haut."

Il n'y a aucun doute pour un sunnite qui connaît correctement l'Imam Jâfar Bnu Muhammed qu'Allah l'agrée que ces inepties ne peuvent pas provenir de lui! Et j'avais déjà posté les propos des imams de ahlul bayt, conformes à la sunnah du prophète salla ellâhu 'aleyhi wa sallam, rapportés et authentifiés par les savants imamites-même qui contredisent ce mensonge et recommandent le jeûne d'Achoura et loue ses mérites!

D'où vient alors le problème?

Cette citation à laquelle Abduh s'est attaché et n'a pas voulu donner la source a été attribuée par al-Hur al-'âmili dans son wasâ'il ech-chî'ah t.10 p.462-463 (cliquez ici) à Abu Jâfar Muhammed Bnu-l Hassan et-Tûssi (mort en 460H) dans son al-Majâlis wal akhbâr (connu sous le nom al-Amâliy t.2 p.276) qui la rapporte de l'Imam es-Sâdiq (Mort en 148H) par l'intermédiaire de transmetteurs (garants) que je reproduis ici:
  • محمد بن الحسن في ( المجالس والاخبار ) عن الحسين بن إبراهيم القزويني ، عن محمد بن وهبان ، عن علي بن حبشي ، عن العباس بن محمد بن الحسين ، عن أبيه ، عن صفوان بن يحيى ، عن الحسين بن أبي غندر ، عن أبيه ، عن أبي عبدالله ( عليه السلام )

    Abu Jâfar Et-Tûssi la rapporte d'al-Hussein bnu Ibrâhim al-Qazwîni (1), qui à son tour la rapporte de Mohammed bnu Wahbân (2), qui la rapporte de Ali Bnu Hibchiy(3) qui la rapporte d' al-'Abbâs bnu Muhammed bnu-l Hussein(4) qui l'a rapporte de son père(5) qui la rapporte de Safwân bnu Yahya( 6) qui la rapporte d'al-Hussein bnu Abi Ghandar(7), qui la rapporte de son père(8) qui la rapporte de l'Imam Jâfar es-Sâdiq.

Cette chaîne de rapporteurs (isnâd), comme l'a reconnu l'Ayatollah al-'Uthmâ al-Khou'i, est faible du fait qu'elle contient plus d'un inconnu!!!

En effet, dans la biographie d'al-Hussein bnu Abi Ghandar, al Khou'i rapporte les propos suivants d'at-Tûssi (Mo'jam rijâl al-Hadith t.6 p.203-204, cliquez ici):
  • وقال الشيخ(236): " الحسين بن أبي غندر : له أصل ، أخبرنا به الحسين بن إبراهيم القزويني ، عن أبي عبدالله محمد بن وهبان الهناني ، عن أبي القاسم علي بن حبيش ، عن أبي المفضل العباس بن محمد بن الحسين ، عن أبيه ، عن صفوان بن يحيى ، عن الحسين بن أبي غندر " .

    Que je traduis par: "Ech-Chaykh [et-Tûssi] a dit: Al Hussein b. Ghandar, il a un asl (source=livre), il nous a été rapporté par al-Hussein Bnu Ibrâhim al-Qazwîni,…" et il cite exactement la même chaîne qu'il a cité dans notre citation entre lui et ce Hussein Bnu Abi Ghandar.

Puis al-Khou'i commente cette chaîne de rapporteurs à la page 204 en disant:
  • "وكيف كان فطريق الشيخ إليه ضعيف بعدة من المجاهيل"

    que je traduis par: "Quoi qu'il en soit, le Chemin [chaine de rapporteurs] d'ach-Cheikh [at-Tussi] jusqu'à lui [al-Hussein bnu Ghandar] est faible du fait qu'elle contient plusieurs inconnus".

En effet, regardons cette chaîne de rapporteurs de près:

Les rapporteurs que j'ai mis en rouge: al-Hussein b. Ibrâhim (1), Mohammed bnu Wahbân (2), al-'Abbâs bnu Muhammed bnu-l Hussein(4), son père(5) et le père d'al-Hussein Bnu Abi Ghandar(8) sont tous des inconnus pour qui les imamites ne disposent d'aucune biographie dans leurs sources premières!!!

Les rapporteurs que j'ai mis en bleu: Ali Bnu Hibchiy(3) (cliquez ici pour sa biographie) et al-Hussein bnu Abi Ghandar(7) (cliquez ici pour sa biographie) n'ont été attestés fiables par aucune des références spécialisées en la matière chez les imamites!!! C'est pourquoi al-Khou'i dit sur Ali Bnu Hibchiy: " والمتحصل ان الرجل وإن كان معروفا وروى عنه الاجلاء إلا أنه لم تثبت وثاقته ، ومجرد كونه شيخ اجازة لايكفي في اثبات وثاقته ، كما تقدم" que je traduis par: "Il en découle que cet homme [Ali Bnu Hibchiy] bien qu'il soit connu et que les vénérables ont rapportés de lui, sauf que sa fiabilité n'a pas été établie. Et le simple fait qu'il soit un cheikh [qui accorde une] ijâza[permission de rapporter] ne suffit pas pour établir sa fiabilité, comme [nous l'avons] déjà dit".

Ainsi, sur les huit transmetteurs qui constituent cette chaîne, cinq sont inconnus aux chiites imamites duodécimains et deux n'ont pas été attestés fiables!!! Cela devrait en faire un hadith pire que faible chez ceux parmi les imamites qui prétendent trier leurs hadiths selon la fiabilité de leurs rapporteurs!!! Mais c'est vrai que s'ils se mettaient à appliquer cette méthode à leur hadiths tout s'écroule chez eux comme l'a affirmé leur grand spécialiste du hadith al-Hur al-'Âmili (cliquez ici)!!! C'est pourquoi, ils préfèrent accepter n'importe quoi qui est attribué aux imams, pourvu qu'il leur convienne comme je l'avais déjà expliqué au lien suivant (cliquez ici)!

Quoi qu'il en soit, cela innocente déjà l'imam Jâfar es-Sâdiq de ces inepties que lui collent les imamites!

L'avis de l'Imam Jâfar b. Muhammad es-Sâdiq sur le jeûne d'Achoura:

En vérité, l'avis de l'imam Jâfar Bnu Muhammed es-Sâdiq sur le jeûne d'Achoura tel que le rapportent et l'authentifient les imamites-mêmes est tout à fait contraire à cette citation mensongère qui lui est attribuée. En effet, les imamites rapportent dans leurs livres:
  • عن جعفر عن أبيه عليهما السلام أنه قال : صيام يوم عاشوراء كفارة سنة

    تهذيب الأحكام 4/300 ، الاستبصار 2/134 ،جامع أحاديث الشيعة 9/475 ، الحدائق الناضرة 13/371 ، صيام عاشوراء ص 112 ، الوافي 7/13 ، وسائل الشيعة 7/337 .


    Traduction : Selon Jâfar [aç-Sâdiq] qui rapporte de son père [Mohammed al-Bâqir] qu'il a dit : « Le jeûne du jour d’Achourâ expie les péchés d’une année ».

    Liens vers les livres disponibles dans les bibliothèques imamites en ligne
    Cliquez ici pour tehdhîbu-l ahkâm t.4 p.300.
    Cliquez ici pour al-istibçâr t.2 p.134.
    Cliquez ici pour wassâ’il ash-Shî’ah t.10 p.457.
    Authentification : Authentifié entre autres par Cheikh et-Tâ’ifah et-Tûsi et par al-Hur al ‘âmili.

Comme vous le voyez, son avis lui et son père qu'Allah les agrée est en totale conformité avec la Sounnah de notre cher Prophète Muhammad Salla ellâhu 'aleyhi wa sallam à laquelle notre Chi`iite Imamite Duodécimain Abduh s'attaque!!!

A suivre inchallah…
 

Publié dans Leurs Preuves ...

Commenter cet article