Celui qui a tué 'Omar Ibn Al Khattab Radhi Allahu 'anhu !

Publié le par Abu Mohamed

Abou Loloa
Celui qui a tué 'Omar Ibn Al Khattab Radhi Allahu 'anhu !
 
 
Regardez ce tombeau il appartient à une personnalité majoussie que les rawafidhs vénèrent et adorent...Abou Loloa أبي لؤلؤة .
Ils considèrent l'anniversaire de sa mort comme l'une des meilleures fête Rafidhi.

Ce khabith est aussi appelé baba Choujâa Eddine (بابا شجاع الدين أبو لؤلؤ)...qu'on peut traduire par Le Grand Courageux du Din Rafidhi.

Il est fêté chaques années le  10 rabi'e Le Premier.

Chez cette secte adoratrice de tombe, on trouve de tout sauf les rudiments de l'Islam, et afin d'adorer les tombes ils sont prêts à tout. Adoration synonyme de gros sous, puisque les supposées tombes, ne concordent pas avec les personnes enterrées.

'Ali Radhi Allahu 'anhu mort à El Kouffa et son tombeau à Najaf, et ce khabith d'Abou Louloa لعنه الله  qui s'est suicidé à Madina et dont le tombeau se retrouve à des milliers de kms dans la ville de Kashane en Iran.
Ce khabit a tué 'Omar Ibn Al Khattab durant la prière du Fadjr.

Admirez l'accueil et la vénération.


1- La vue du mausolée du majoussi-khabith :



2- La bienvenue au rawafidhs, ahlou beyti ibnou Saba :

user posted image

3- Les Médisances traditionnelles Rafidhies....sur Abou Bakr, 'Omar et 'Othmane Radhi Allahu 'anhum :



4- La joie et la glorification du KHABITH :


user posted image

5- La demande de bénédiction :



6- On apprend très jeune à maudire :

 
C'est dans leur propre site ! :
 

 

La mort de 'Omar Ibn al Khattab Radhi Allahu 'anhu : 

Il y avait à Médine un esclave originaire de Perse qui avait pour nom Abu Lolo Firouz. Un jour il vint se présenter au calife et dit :
- « Mon maître exige de moi une somme trop importante. Je te prie de me la réduire. »
- « A combien s'élève cette taxe ? », demanda Omar.
- « A deux dirhams par jour. »
- « Quelles sont tes compétences ? », demanda à nouveau le calife.
- « Je suis charpentier, peintre et forgeron », dit Firouz.
- « Eh bien, la taxe dans ce cas n'est pas trop élevée », fit remarquer le calife. « Une personne ayant tes compétences est en mesure de s'acquitter de cette taxe et de vivre confortablement. »
- « C'est bien, je réglerai cela avec toi », grogna l'esclave en s'éloignant.
Omar ne prêta pas attention à ces propos.
- « J'ai été réprimandé par un esclave », dit-il en souriant.

Le lendemain de bonne heure, Omar se rendit à la mosquée pour diriger la prière comme à son habitude. Abu Lolo se tenait caché dans un coin, une dague à la main. Dès que Omar commença la prière, l'esclave bondit sur lui. Il le frappa de six coups de dague. Les croyants, horrifiés maîtrisèrent l'assassin. Finalement cet homme maudit se tua avec sa propre arme.

Omar gisait dans une mare de sang. Quand la prière fut accomplie, il fut transporté chez lui.
- « Qui est mon assassin ? », demanda-t-il.
- « Abu Lolo », lui répondit-on.

« Louanges à Dieu. Ce n'est pas un musulman qui a répandu mon sang. »

On appela un médecin afin de soigner et panser ses blessures. Celui ci déclara qu'elles étaient trop profondes. Beaucoup, à ces mots, se mirent à pleurer.

« Ne pleurez pas, s'il vous plait. », dit Omar. N'aviez-vous pas entendu le Messager d'Allah 'Aleyhi salat wa salam dire que les pleurs des proches augmentent le supplice du mort ? »
Voyant sa fin approcher, Omar fit mander son fils Abdallah :

 

« Mon fils, dit-il, rends toi auprès de Aicha. Transmets-lui les salutations de Omar. Ne me désigne plus sous le nom de Commandant des croyants car je ne le suis plus. Transmets lui mon souhait d'être enterré dans sa chambre, auprès du Prophète 'Aleyhi  Salat Wa Salam et de mon illustre prédécesseur. »

 

Abdallah trouva Aicha en larmes. Il lui transmit le message de son père.
« Je pensais réserver cette place pour ma propre tombe, mais je préfère Omar à moi-même », dit Aicha. Abdallah annonça à son père mourant qu'Aicha acceptait sa requête.
« Louanges à Allah », dit Omar. « C'était le souhait le plus cher de toute mon existence. Mais mon fils quand tu transporteras mon corps dans la chambre d'Aicha, transmets lui à nouveau mes salutations et demande lui encore la permission. Si elle accepte alors ensevelis-moi, sinon enterre-moi dans le cimetière de Médine. »

 

 
PLUS DE RENSEIGNEMENTS SUR CETTE FETE
 
Je suis consterné par l'étonnement de certains lecteurs qui sont à leurs tours étonnés des agissements des Chiites Rawafidhs et des bases de leurs sectes.

Pour cela continuant d'instruire nos jeunes, je vous écris cela :

Chaques années à pareille date... Qui est considérée en fait comme la plus grande fête chez les rawafidhs, mieux que les 2 aïds selon leurs dogmes, On prend donc ce jour là un chien (pauvre bête) qu'on surnomme pour l'occasion 'Omar Radhi Allahu 'anhu... qu'on met au milieu d'une foule en délire armée de bâtons, barres de fer etc.....et qu'on massacre jusqu'à la mort.....pour ces majouss celui qui frappe le chien équivaut à frapper 'Omar Radhi Allahu 'anhu !

Ils appellent ce jour là Youm El Ghofrane, exactement comme les juifs ont nommé un de leur jour Youm Kippour. Le Jour du Pardon...et celui qui frappe ce pauvre chien se verra pardonner par leur divinité.
Il se trouve aussi qu'il y-a beaucoup de similitudes entre les rites chrétiens, juifs et la secte rafidhie.
 
Voila encore plus de détails sur la fête consacrée à ce Khabith (Abu Loloa)
, les titres du sommaire devraient suffire, mais je vous ajoute une petite page.
 

 
 
 

يا شيعة العالم .. أين يُــذهب بكم ؟

Voila maintenant la Video de la Tombe de l'Adorateur du Feu Abou Loloa Celui qui a tué 'Omar Ibn Al Khattab Radhi Allahu 'anhu !
 
 

Publié dans Leurs Cheikhs

Commenter cet article

Salah 15/04/2013 19:49

Comment cela ce fait-il qu'Omar Ibn El Khettab a été tué par un Majoussi,alors qu'au temps de son regne la Mecque et Médine étaint interdite au non Musulman?

Au sujet d'Othman,ne nous dites pas qu'il a été tué par un Romain!Car celui qui a incité la foule à le tué,n'est autre que Talha!Que vous mettez sans honte parmi les 10 élus du paradis!