L'ignorance n'est pas une excuse pour l'annulation du Tawhid - Partie 2 -

Publié le

Et parmi les savants qui ont expliqué ce verset dans ce sens, il y a Abou Mohamed Ibn Hazm, rahimhou Allah. Mais ceux qui divergent avec nous, ont transformé sa parole. Et ceci est dans leur habitude : lorsqu’ils trouvent un petit détail dans la parole des savants, qui est en accord dans l’apparence avec leur croyance, ils la prennent pour preuve ou la transforme !

 

Tel est le cas pour Ibn Hazm et peut être qu’ils diront que c’est une erreur d’un savant comme ils l’ont dis pour Sanaani, rahimhou Allah. Grâce à Allah, on va répondre sur ces sujets dans une autre étude in cha allah.

 

Je reviens la dessus pour dire que le verset à précisé que l’association à cause de l’ignorance n’est pas excusé du point de vue du jugement.

Quatrième Preuve :

Allah a dit :« … Et alors que vous étiez au bord d'un abîme de Feu, c'est Lui qui vous en a sauvés … » [Sourate 3 verset 103]

 

 

On voit ici que les arabes associateurs, avant le message du prophète Mohamed méritaient le châtiment du feu. Cela signifie donc qu’ils étaient mécréants avant le message. Les sauvés sont ceux qui ont suivi la lumière qu’Allah a fait descendre. Je dis : cette preuve ne se limite pas seulement au verset mais c’est une base générale de l’Islam : elle réunis tous les textes connu dans le Coran qui explique la miséricorde d’Allah par l’envoie de prophète Mohamed . Allah a ainsi sauvé beaucoup de gens de l’enfer grâce à cela.

Ceci est une preuve logique, théorique, légitime et évidente. En effet, s’ils étaient musulmans avant le message ; qu’elle est donc cette miséricorde qu’Allah leur a envoyé ? De plus, dans ce cas, de quoi devaient-ils être sauvés ? Bien sûr ceci s’explique très bien s’ils étaient mécréant, associateurs. Allah leur a envoyé ( une miséricorde ) le prophète Mohamed saw qui étaient un rappel pour qu’ils croient en Allah. Ceux qui l’ont suivi a été sauvé et celui qui ont persisté sur leur mécréance et son égarement fait partis du nombre des perdants et des méprisables.Cette parole est très claire pour toute saine nature et on ne peut pas contredire cette parole par le verset suivant :

« Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment. Et nul ne portera le fardeau d'autrui. Et Nous n'avons jamais puni [un peuple] avant de [lui] avoir envoyé un Messager. » [Sourate 17 verset 15]

 

 

 

 

 

 

Ce verset ne parle pas du point de divergence de notre sujet et nous allons expliquer cela tous à l’heure in cha allah. Succinctement, je vais dire que ce verset ne parle pas de celui qui est tombé dans l’association et a suivi son peuple dans l’égarement. Ce verset parle de ceux qui ont rejeté cette association et par contre ils ne savaient pas comment se repentir à Allah et aussi ils ne savaient pas comment l’adoré. Ceci a été expliqué par Ibn Qayyim dans son livre « Tarik elHijratayn » et par l’Imam elChatibi dans son livre « El Irtissan ». Et nous nous ne prenons pas leurs paroles pour preuve car le verset exposé n’est pas clair sur notre point de divergence. Ceci sera expliqué plus longuement en son moment in cha allah.

 

D’après Masrouk, Aïcha ra a dit « Ô rassoulou allah, Ibn Jidaan, vivant à l’époque de la jahiliya, rendait visite à sa famille, donnait à manger aux pauvres, est-ce que ses œuvres vont lui servir le jour du jugement dernier ? ». Il dit : « Non, cela ne va pas lui servir, il n’a jamais dit : mon Dieu pardonne moi mes péchés le jour du jugement dernier » Rapporté par Mouslim.

De ce hadith, on voit clairement que cette personne n’était pas excuser malgré qu’il est vécu avant le message.

D’après Anass radi Allah ranho, un homme dit : « Ô rassoulou allah, où est mon père ? ». Le prophète a répondu « En Enfer ». Quand l’homme s’apprêta à partir, le prophète le rappela et lui dit : « Mon père et ton père sont en enfer ». Rapporté par Mouslim.

Ceci est une autre preuve formel qui appuie le verset précédemment cité et la base que l’on a donnée. Ainsi, cela prouve sans aucun doute la véracité da la parole de Ibn Qayyim et de El Chatibi pour les personnes qui ont vécu dans l’intervalle de temps entre deux prophètes.

De plus, on trouve un sens caché dans ce hadith, qui est une preuve fatale pour ceux qui divergent avec nous sur ce point. Il y en a parmi eux qui disent que c’est un cas particulier et on ne peut pas tirer de ce hadith une règle générale.

Il faut savoir que ceci est complètement faux. En effet, quand cette personne s’apprêta à partir le prophète saw lui a dit « Mon père et ton père sont en enfer ». Ainsi le prophète saw voulait citer à ces gens là, une base générale qui s’applique sur tous le monde à l’époque de la jahiliya, pas seulement un jugement sur son père en particulier. Et on peux trouver d’autres histoires similaires, comme l’histoire de la mère du prophète saw ou encore l’histoire de Amr Ibn Louhay et autres …

Une fois que ceux qui divergent se retrouvent bouche bée, ils disent que les quoraïchites avaient des restes de la religion d’Ibrahim (ces même gens affirment que les gens d’aujourd’hui sont excuser du shirk qu’ils commettent par ignorance). Normalement, ils doivent avoir honte d’avancer ces arguments là mais Allah a voulu dévoiler, avec leurs propres paroles, l’incapacité qu’ils ont a parlé sur un tel sujet.

A notre époque, tout le monde sait bien à quel point il est facile de se procurer une copie d’un Coran, des dizaines d’interprétation du Coran et des livres sur la sounna, sur les hadiths et sur le droit musulman.

Au point que cette science est propagée hormis pour celui qui ne souhaite pas l’apprendre. Ceux qui ont travaillé pour cette religion ont souffert, ou ont été tué, crucifié ou encore emprisonné partout dans le monde. Sommes nous donc dans la même situation qu’à l’époque où il n’y avait que des copies des livres d’Allah, des feuilles d’Ibrahim et de Moussa sans pour autant assuré qu’ils n’ont pas été falsifié ? Comment peut-on dans ce cas ne pas excuser par l’ignorance ces gens de l’époque et excuser les gens de notre époque par l’ignorance, comme vous le faites ?

Pour affirmer que les anciens ne seront pas excusé de leur ignorance du fait qu’ils avaient des restes de la religion d’Ibrahim ra, vous vous basez sur le verset suivant :« … Toutes les fois qu'un groupe y est jeté, ses gardiens leur demandent: ‹Quoi! ne vous est-il pas venu d'avertisseur?›. Ils dirent: ‹Mais si! un avertisseur nous était venu certes, mais nous avons crié au mensonge et avons dit: Allah n'a rien fait descendre, vous n'êtes que dans un grand égarement› »  [Sourate 67 verset 8 et 9]

 

Ne voyez vous pas que Abdoullah Ibn Moutalib, Amina bint Wahab, Ibn Jidran, Ramr Ibn Louhay et le père du compagnon du hadith vont certainement : « non, nous ne faisons pas partis d’un groupe qui a reçu un messager ».

 Suivant vos conditions, il faudrait que avant la venu de la prophétie du prophète saw, les associateurs de la Mecque, le père du prophète Mohamed saw et les autres précédemment cités ont reçu spécifiquement un par un une preuve qui démontre que la religion de Ramr Ibn Louhay était fausse. Et après cela il faudrait que toutes ces personnes refusent la vérité et se satisfassent de leur mécréance en connaissance de cause !!! Comment est il possible alors de jugez ??? Et le coran nous prouve bien qu’ils étaient totalement ignorants :

 

 

« Nous n'avons pas entendu cela dans la dernière religion (le Christianisme); ce n'est en vérité que pure invention! »

[ Sourate 38 verset 7 ]

 

 

« Réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu? Voilà une chose vraiment étonnante›. »

[Sourate 38 verset 5]

Oh, les gens, cette ambiguïté est une preuve que ce sujet est mélangé chez ces gens qui parlent du prétexte de l’ignorance dans le tawheed et font égarer des autres sans science.

 

 

 

Tous les hadiths, les versets précédemment cités, et la base invoquée sont des preuves formelles sur la punition des ignorants qu’ils soient imitateurs, ou démuni de l’envoie d’un messager. Ceci est la vérité sur ce sujet, que nous expliquerons par la suite in cha allah.Allah a dit :« Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S'il provenait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions! »  [Sourate 4 verset 82]

Le châtiment que Allah a nié dans la sourate 17 n’est pas le même que celui que l’on a cité auparavant et ce n’est pas la même situation comme nous allons le prouvé plus tard in cha allah.

Cinquième Preuve  :

Allah a dit :

 

 

 

 

 

 

« Et c'est ainsi que leurs divinités ont enjolivé à beaucoup d'associateurs le meurtre de leurs enfants, afin de les ruiner et de travestir à leurs yeux leur religion » [Sourate 6 verset 137]

Ce verset constitue aussi une preuve évidente pour ceux qui raisonnent.

 

 

Dans ce verset figure deux notions :

1.   Allah les a nommé associateurs et ceci avant qu’ils ne reçoivent le message car ils vivaient dans l’intervalle entre deux prophètes.

 

 

2.   La parole d’Allah « enjolivé » (afin de les renier et de travestir à leurs yeux leur religion). Ici, ces gens croyaient  qu’ils étaient sur la bonne voie et non sur l’association. Ils étaient égarés par leur maîtres et Allah n’a pas pris cette ignorance en considération. Ce point va être développé dans un prochain chapitre au sujet de l’égarement. On y verra que ce point est mal saisi par beaucoup de personnes.

De même, Allah a dit :

 « Ils sont certes perdants, ceux qui ont, par sottise et ignorance tué leurs enfants, et ceux qui ont interdit ce qu'Allah leur a attribué de nourriture, inventant des mensonges contre Allah. Ils se sont égarés et ne sont point guidés. » [Sourate 6 verset 140]

Et ce verset est encore une autre preuve clair compte tenu de la parole : « et ignorance ». On remarque ici que ces gens n’avaient pas de savoir, et n’étaient pas sujet aux ambiguïtés. De plus, ce sujet est clair d’avance mais Allah a cité ce verset pour rompre le doute : ces gens n’ont fait cela que par « sottise et ignorance ». Et dans ce même sujet, on trouve les versets suivants :

 

 

« Bien au contraire: ils ont traité de mensonge ce qu'ils ne peuvent embrasser de leur savoir, et dont l'interprétation ne leur est pas encore parvenue. Ainsi ceux qui vivaient avant eux traitaient d'imposteurs (leurs messagers). Regarde comment a été la fin des injustes! » [Sourate 10 verset 39] et « Puis, quand ils seront arrivés, [Allah] dira: ‹Avez-vous traité de mensonges Mes signes sans les avoir embrassés de votre savoir? Ou que faisiez-vous donc ?› » [Sourate 27 verset 84].

Tous ceci constitue des preuves évidentes pour dire que celui qui brise le tawheed est un mécréant même si cette personne est ignorante. Succinctement citons un court commentaire de Mohamed Ibn Abdel Wahab et Ibn Quayyim et nous laisserons le détail pour les chapitres suivants. Mohamed Ibn Abdel Wahab a dit : « la personne peux devenir mécréante en prononçant une parole et ceci même en étant ignorant » (cf. Kashf shoubourate). Cette parole est véridique car elle est conforme à la parole de Mohamed saw : « L’homme peut dire une parole sans connaître son sens et à cause de celle-ci, il peut aller en enfer 70 automnes » rapporté par Mouslim.

 

 

 

 Ibn Quayyim a résumé en une bonne parole le sens des versets précédemment cités, dans son livre « Tarik elhijrataïn » ( le chemin des deux immigrations ). Il a dit : « L’Islam est l’Unicité d’Allah, son adoration Seul sans Lui donner d’associés, croire en Allah et en Son prophète saw et le suivre sur tout ce qu’il apporte. Tous ceux qui n’ont pas accompli cela ne sont pas musulmans. Si cette mécréance n’est pas du au fait que ces gens là soit têtu alors cette mécréance est du à leur ignorance.

 

 

 

Et dans ce cas le vrai statu de ces gens là est qu’ils soient mécréants ignorants non têtus. De plus, le fait qu’ils ne soient pas têtus ne leur permet excuse pas de leur mécréance. En effet, le mécréant est celui qui renie l’unicité d’Allah ou mécroit au prophète saw soit parce qu’il est têtu ou ignorant ou suiveur de gens têtu. » ( volume 1 page 608 ).

Cette parole de Ibn Quayyim ra, est très clair et ne demande aucune explication. La parole d’Allah est prioritaire et son livre et ses preuves sont suffisantes.

Le sujet sur le fait que le savoir est une condition pour avoir reçu le message va être traité ultérieurement lorsque sera exposé la preuve et la condition ( avoir la possibilité d’avoir le savoir ou avoir réellement le savoir ).

Sixieme preuve:

 

 

 

 

Allah  a dit : « Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les associateurs, ne cesseront pas de mécroire jusqu'à ce que leur vienne la Preuve évidente » [Sourate 97 verset 1]

 Quatada et Moujahad ont dit que mounfakina signifie « dénouer » et ainsi cela signifie « de ne pas cesser de mécroire » jusqu’à ce que leur parviennent la vérité.

 

Ceci est une preuve évidente de la véracité de notre cause car Allah a nommé mécréant les arabes et les gens du livre qui ont commit de l’association.

Le verset a démontré explicitement que ceci est ainsi avant la preuve.

 

Ce verset est un argument très solide et clair.

 

D’après ce qui précède, il est établi de manière certaine que celui qui comment de l’association, doit être jugé comme mécréant. Il est associateur comme jugement dans l’apparence pour ainsi différentier les gens dans la vie. Et ceci sans observer s’il a le savoir, s’il est têtu, ignorant, suiveur ou encore si un message lui ai parvenu.

 

 

Quand à la question de savoir s’il sera puni ou pardonner à cause de son ignorance, ceci est un autre sujet qui va traité ultérieurement in cha allah.

 

Ceci est ce que Allah nous a facilité comme preuves et arguments comme miséricorde et on va exposer l’ensemble des ambiguïtés des divergents et montrer que leur démonstration n’est pas fondée.

Aussi, nous démontrerons qu’ils pataugent et qu’ils mettent les versets en contradictions sans qu’ils le sachent et comment ils ont l’audace de mettre leur avis avant la sharia.

 

Et avant de passer à la suite, je voudrais attirer l’attention sur une règle important qu’Allah a établi dans son livre et aussi l’unanimité des fondamentaliste ( eloussoliyine ) qui est une base des plus simple base de compréhension :

 

« Ce qui est établi de manière tranchante et certaine dans la religion, ne peux être annulé par le doute ou des suppositions ».

 

 

Ainsi, si un jugement s’établi de manière certaine et se contredit par un doute ou une éventualité, on doit interpréter ce doute d’une manière qui ne contredit pas la certitude. Donc on ne doit pas détourner les mots de leurs véritables significations

« … alors que la conjecture ne sert à rien contre la vérité. » [Sourate 53 verset 28]

 ... à Suivre

Commenter cet article

vérité 25/10/2015 14:53

Salem...moi jdit que le Coran et vérité et les musulmans suivent pas le Coran il le lisent sans respecter la loi de Dieu.il suivent leurs hadiths qui viennent ni D'Allah ni de Mohammed... Il disent même plus bis mill ah dans la salat il vive pour les regard des autre...soit naturel et craint Allah voilà le rapel